Leaders Cup : Sergii Gladyr

23 February 2017
Leaders Cup : Sergii Gladyr - Sergey Dyadechko
On a connu pire week-end que celui de Sergii Gladyr à Disney : victoire finale en Leaders Cup, trophée de MVP… en sortant du banc, ce qui lui vaut également le trophée de DLSIxieme homme de la compétition.

Sergii, ton week-end à Disney a été fabuleux. Avec plus de recul aujourd’hui, comment juges-tu cette performance ?

Franchement, je me suis surpris moi-même. Je sais que je suis capable de séries mais je ne pensais pas que ça m’arriverait à ce moment-là de la saison. Evidemment, l’objectif était d’être bon et d’apporter le plus possible à l’équipe, mais de là à jouer à ce niveau-là sur les trois jours de compétition… Je ne m’y attendais pas, c’était vraiment dingue !

Comment expliques-tu tes poussées de fièvre face à Gravelines-Dunkerque (17 points dans le troisième quart-temps) puis face à l’ASVEL (17 points également dans le dernier quart) ?

Je ne sais pas… Peut-être que cette compétition t’apporte un surplus de motivation. Il y a un trophée au bout, c’est très concret. Pour nous, c’était d’autant plus spécial qu’on avait l’occasion de faire le doublé. Et puis, une grande part de ma réussite revient aussi à mes coéquipiers, qui sont derrière moi tout au long de la saison… C’est très bon pour la confiance.

Quand tu commences à rentrer un, deux, trois tirs de suite, comment te sens-tu ?

Je suis super excité… mais, en même temps, je me dis que je ne veux pas en rester là. A peine le shoot rentré, je pense déjà à la suite parce que je sais que le match est encore très long. Le truc à ne surtout pas faire, c’est de se demander si le tir va rentrer ou non… C’est le meilleur moyen de rater !


« Nous avons montré que nous n’étions pas qu’une équipe défensive »


Comment expliques-tu votre victoire finale, synonyme de doublé inédit ?

Nous avons vraiment un très bon état d’esprit dans cette équipe, où chacun soutient l’autre, de la première à la dernière seconde du match. Nous avons surtout montré que nous n’étions pas qu’une équipe défensive. A Disney, nous n’avons pas été très bons de ce côté-là du terrain, mais nous sommes allés au bout… ce qui prouve que l’on n’est pas trop mal en attaque non plus. Et puis, notre défaite à Antibes en Coupe de France (le mardi précédent, ndlr) nous a permis de nous reconcentrer. Nous nous devions de montrer un autre visage à la Leaders Cup.



Nous avons croisé Yakuba Ouattara à la Leaders Cup et il nous a dit qu’on te surnommait « le terroriste ». Peux-tu nous expliquer d’où cela vient ?

Il n’y a que lui qui m’appelle comme ça ! (rires) En fait, lors de la Leaders Cup précédente, j’ai commis une faute sur Mam’Jaiteh, qui partait tout seul en contre-attaque. Je ne voulais pas lui faire mal, je voulais juste l’empêcher de marquer… mais je lui ai ouvert l’arcade ! Dans la conférence de presse d’après-match, Pascal Donnadieu avait parlé de cette action comme d’un « attentat »… et Yak a trouvé le surnom.

Les statistiques de Sergii Gladyr à la Leaders Cup :

16,3 points à 72,2%, 12/17 à trois-points, 11/11 aux lancers-francs, 2,3 rebonds, 2,3 passes, 19,3 d'évaluation en 20 minutes.

Source: LNB

DERNIÈRES NOUVELLES

15 May 2018

Le fonds DSF ouvre une nouvelle saison du football américain en Ukraine

Le dimanche, dans l'Eglise Blanche 6 mai a eu lieu le match d'ouverture de la nouvelle saison de la ligue de la Ligue ukrainienne de football américain More
2 April 2018

Président Dyadechko : "Renforcer l'effectif en vue des play-offs"

Le Président de l'ASM Basket, Sergey Dyadechko, a accepté de livrer ses commentaires au sujet du retour de Yakuba à la maison : More
14 September 2017

La Fondation de Sergey Dyadechko soutiendra le Final d’Ukraine de strongman

Le 17 septembre 2017 à 12.00 à Vinnitsa sur la place à côté de « Mega Mol » aura lieu un des plus grands événements  de l’année dans le sport ukrainien de strongman – le Final de la Coupe d’Ukraine. More
13 September 2017

Les meilleurs moments du match Obologn-Brovar – Poltava avec la Fondation DSF de Sergey Dyadechko.

Tout le long du match Obologn-Brovar – Poltava la tension ne quittait pas le stade pas pour une seconde. More