Sergey Dyadechko « Gladyr a subi une intervention chirurgicale à l'hôpital, où ils traitent les joueurs, » Chelsea ».

25 July 2017
Sergey Dyadechko « Gladyr a subi une intervention chirurgicale à l'hôpital, où ils traitent les joueurs, » Chelsea ».
journaliste:

Sergey, tout d'abord, merci d'avoir pris l'occasion de son emploi du temps pour parler. Qui a déjà passé plus assez de temps pour terminer la saison dernière, ce qui est une excellente occasion de se rappeler la dernière année et poser des questions sur vos plans pour l'avenir. Comment évaluer le président ukrainien succès « Monaco » du club dans la saison 2016/17? En bref, quel est votre échelle de?

Sergey Dyadechko:

- Sur evroarene nous étions sur les cinq premiers - ne pouvait même imaginer que, dans la finale à quatre de la Ligue des Champions debutant présentera un budget beaucoup plus modeste que celles des autres participants.

Sur la scène nationale, nous avons eu un grand championnat régulier, la deuxième année consécutive, après avoir obtenu la victoire, et ont gagné la Coupe de la Ligue. Cependant, la performance dans les séries éliminatoires, « biaiser la » impression générale de la saison.

journaliste:

Si un président du club a demandé le secret de la réussite, il dit qu'il n'y a pas de recette unique, mais il y a une combinaison de facteurs. Et pourtant, quelle est la principale raison de la croissance rapide de « Monaco »?

Sergey Dyadechko:

En effet, je pense que chaque résultat peut être trouvé une justification, mais pour être honnête - tout comme un conte de fées pour nous. Tout récemment, l'équipe a joué dans la quatrième division des Français, et nous avons maintenant deux victoires en saison régulière de la division d'élite, deux Coupes de la Ligue et la médaille de bronze Ligue des Champions. Mais c'est ce que je veux dire, sauf que le système fonctionne au club, où tout le monde fait son travail, nous avons aussi la chance. Je suis convaincu que sans chance ne peut pas faire dans le sport. Rien ne peut garantir le succès, le travail même du personnel à fond à droite, vous devez étoiles étaient.

Journaliste: Est-ce une certaine sous-évaluation de nous-mêmes?

Sergey Dyadechko:

Non, je ne pense pas. Tout ce que nous devons regarder sous différents angles. D'accord, nous allons l'appeler est pas de chance, et la justice. Je l'ai dit plus tôt - nous avons les bonnes personnes, tout faire judicieusement, intelligemment et systématiquement. Il semble que oui et qu'ils méritent. Dieu nous a récompensé!

journaliste:

D'accord, allez-y. Je ne suis pas sûr que vous avez au moins une fois demandé dans une interview comme ça, donc je vais essayer - pourquoi vous l'avez pris pour le « Monaco »? Pourquoi mettre en place une équipe professionnelle est là?

Sergey Dyadechko:

En premier lieu, probablement parce que « Monaco » ma famille vit. Quand ils ont déménagé, j'ai commencé à venir ici plus souvent et pendant l'une des réunions appris que dans la principauté ont une équipe amateur dans la division 4, qui a sa propre histoire, mais n'a pas encore un investisseur. J'ai commencé un dialogue avec le gouvernement, et il était très heureux qu'il y avait un homme qui est prêt à soulever le club à l'élite et l'amener au niveau international. Il faut reconnaître avec gratitude que le gouvernement local est en train de faire tout en son pouvoir pour nous. Nous encourageons tout ce qui est possible.

Eh bien, la deuxième raison, non moins important - je sais que je vais trouver des gens partageant les mêmes idées ici. Parlons franchement - tout le monde comprend ce que Monaco. Ici, l'objectif est plus facile que dans d'autres villes et pays à rechercher des sponsors et des partenaires pour l'équipe. Tout à fait beaucoup de gens riches qui ont un intérêt dans le sport.

journaliste:

Si ce n'est pas un secret commercial, « Monaco » est maintenant subventionné projet ou la production déjà revenu? Sinon, comment bientôt vous vous attendez à recevoir?

Sergey Dyadechko:

Pour autant que je sais maintenant, aucune équipe de basket-ball n'a pas de sortie sur le bénéfice net en Europe, et je n'ai aucune illusion que cela aura. subventions européennes alors ne dépensent des dizaines de millions sur les salaires des joueurs, mais par les entreprises et les commanditaires reçoivent quelques millions. clubs de basket-ball - il est toujours chose d'image, si nous ne parlons pas de la NBA.

Mais je vais le retourner à la « Monaco ». Ce que je dis ne veut pas dire que nous avons accepté et seulement dépenser. Nous avons un grand travail de marketing, nous essayons de vendre tout à voir avec le club. Je peux dire que nous avons maintenant les plus importants accords de sponsoring entre toutes les équipes françaises. Nous avons aussi la plus grande part des matchs à la télévision entre toutes les équipes Pro A, et en même temps la plus grande part du salon des jeux à domicile.

Avant le début de la saison dernière, nous avons fixé un objectif - la coopération la plus fructueuse avec les diffuseurs. Et nous l'avons fait. En particulier, nous nous sommes assurés que nos matches dans le championnat français n'a pas mis un peu plus tard, parce que notre public cible - les familles. De plus, beaucoup de nos fans viennent des villes voisines. C'est quand nous jouons à neuf heures du soir - cela crée un énorme problème pour le remplissage de la salle. Nous sommes heureux que teletrnslyatory est allé à nous rencontrer.

Journaliste: Mais la Ligue des Champions reste le problème?

Sergey Dyadechko:

Partiellement. Nous ne pouvons pas être d'accord. Nous avons convenu de tous les côtés que si notre jeu n'est pas diffusé sur le haut de gamme «Canal +», et l'autre, moins prestigieux «Daily Motion», alors nous commençons plus tard 19h00. Seulement quand nous montrons le géant des médias, nous sacrifions un certain nombre de spectateurs dans les tribunes au profit du public de la télévision, et commencer plus tard.

journaliste:

Sergey, vous avez dit que vous avez les plus importants contrats de sponsoring en France. Et les salaires des joueurs? Est-il vrai que vous ne soyez pas dans le top 5 ligue Pro A?

Sergey Dyadechko:

Plus-moins cela est vrai. Nous étions 4-5 sur le budget de l'année dernière, mais il a joué mieux que la plupart. Un an avant que, quand nous avons gagné aussi la saison régulière, nous avons eu la 6-8 de la taille du budget de la ligue. Le secret du succès réside dans le fait que, en fait, l'une et la même composition que dans Monaco et où d'autre vous coûtera différemment. Nous sommes dans un emplacement idéal, sur la côte méditerranéenne. On n'a pas besoin de payer une partie des équipes de l'est ou du nord. La plupart des joueurs de la composition de l'an dernier avait un contrat beaucoup plus importants dans les clubs précédents, mais a accepté de nos propositions. Ils savaient que si un contrat alors recevoir du club est en effet plus sur notre statut, et disent ouvertement qu'ils veulent quitter - nous pas tenir.

journaliste:

Nous ne cherchons pas à garder l'un de ceux qui sont allés cet été?

Sergey Dyadechko:

Regardez, nous avons eu un grand désir de sauver, par exemple, Yakubu Ouattara, mais il a maintenant une offre de la NBA sur un contrat garanti, et nous ne pouvons pas être en concurrence à ce niveau. Le gars a un énorme potentiel pour jouer dans la ligue la plus forte dans le monde et il veut vraiment essayer vous-même là-bas en ce moment. Par conséquent, tout aussi important, pourquoi le retenir? Tout simplement en offrant plus d'argent? Je doute que cela est approprié. Tout va bien, nous avons juste heureux que nous ayons ce gars-là que nous avons un joueur de la 2ème division française, est passé à l'équipe française. Cela nous fait une bonne réputation.

journaliste:

Ok, voici le niveau NBA, mais il est non seulement le Ouattara voulait garder?

Sergey Dyadechko

Non, bien sûr, non seulement lui. Mais nous devons être réalistes: une fois à la fin de la saison, notre meneur de jeu et le centre - Di Bost et Brandon Davis - offres reçues de « Zalgiris » - un club de l'Euroligue, qui est prêt à fournir 2-3 fois plus grand salaire que nous.

Sur la scène nationale, nous sommes en retard parfois en retard dans cet aspect. Par exemple, Zach Wright, qui a été inclus dans les 5 meilleurs joueurs de la Ligue des Champions, a déménagé à la « Strasbourg », a reçu quelque part une augmentation des salaires dans le 60-70%.

journaliste:

Je demande à nouveau au sujet des contrats de sponsoring en France ... vous pouvez appeler des numéros?

Sergey Dyadechko:

Je ne peux pas révéler les noms de marque, mais je peux dire, par exemple, que notre plus gros contrat de sponsoring couvre le coût des deux joueurs les plus chers de l'équipe.

En termes simples, je - le propriétaire du club, qui a été le premier investisseur majeur. Mais la stratégie de marketing était d'atteindre le niveau international, et sur le marché français pour devenir une équipe, ce qui se traduit souvent, car il rend plus attrayant pour les sponsors. Maintenant, cette stratégie nous permet de compter sur le fait que le budget pour la prochaine saison, nous avons jusqu'à 80% seront générés grâce aux sponsors, ainsi que le bénéfice de la vente des droits de télévision et billet billet / saison.

journaliste:

Laissez peu aspect financier et continuer à cadrer le sujet. Vous avez récemment annoncé que Zvezdan Mitrovic est de travailler avec l'équipe. Avez-vous eu des doutes sur l'entraîneur?

Sergey Dyadechko: Dans quel sens?

Journaliste: Est-il utile de continuer à coopérer avec lui? Français Rouvrez votre ...

Sergey Dyadechko:

Eh bien, il est impossible de gagner. Nous avons déjà parlé avec vous de ce que nous avons l'année dernière est une victoire en Coupe de la Ligue et la Ligue des Champions française de bronze, d'ailleurs, nous avons gagné la saison régulière sur la scène nationale. Je crois que cela est plus une réalisation solide. Mais il reste encore à préciser - nous l'été dernier signé un accord avec Mitrovic 2 ans, juste décidé de déclarer que tous valides. Nous l'avons fait pour mettre un terme à la spéculation dans la presse.

journaliste:

Est-ce que Mitrovic a demandé une augmentation du budget pour la saison prochaine? En général, pensez-vous qu'il devrait être augmenté?

Sergey Dyadechko:

Lorsque nous avons signé l'accord il y a un an, l'entraîneur savait qu'il fait face à la tâche au maximum et il savait qu'il devait les atteindre avec tous les budgets. Il convient à tous. Zvezdan sait qu'il est ici, parce que nous croyons en elle à 100%. Il faut lui demander, mais je suis sûr que Mitrovic heureux « Monaco ».

Aussi, nous avons tout fait pour Sergei Gladyr est resté avec nous. Et je veux dire non seulement le plan financier, parce que nous avons tout fait pour l'aider à sa réhabilitation. Il a été opéré en Belgique, dans une très bonne clinique, qui a traité les joueurs de football, « Chelsea ». Là, il connaît maintenant le processus de récupération. Oui, parfois la blessure ne lui permettait pas de démontrer le plein potentiel, mais quand il est en bonne santé - est un joueur de basket-ball de très haut niveau, nous avions besoin. En général, nous apprécions vraiment le fait qu'il est avec nous dès la première année dans l'élite.

journaliste:

Quand l'hiver je l'ai fait une entrevue avec Gladyr, il a dit que le club a fait beaucoup d'efforts pour travailler avec les fans ...

Sergey Dyadechko:

Les joueurs de basket-ball se sentent également le travail du bureau, de sorte qu'il devrait être. Nous avons choisi la bonne stratégie, en mettant l'accent sur la promotion des billets de la famille et de travailler avec les jeunes. Comme une bonne illustration de cela, je peux vous dire sur le fait que seulement trois semaines de Juillet nous avons vendu des billets de saison plus que dans tout l'été dernier. Moi, en tant que président, ne peut que se réjouir des nouvelles.

journaliste:

Entre autres choses, à plusieurs reprises Gladyr a également noté que vous prenez une grande partie dans la vie de l'équipe - viennent à la salle de gym, aller au vestiaire aux enfants, et ainsi de suite, je cite une citation « Sergei Dyadechko - seul président de l'Europe qui va à tous les matches à l'extérieur » . Dites-moi, avez-vous déjà pensé qu'il met en quelque sorte peut-être la pression sur le basket-ball?

Sergey Dyadechko:

J'essaie de se rapprocher de l'équipe que nous nous sentons dans une seule pièce, mais je ne se plient pas à sa présence, croyez-moi. Je sais quand dire quelque chose et quand il est préférable de ne pas déranger les enfants. Il arrive, par exemple, je vais aller au vestiaire, mais n'a pas dit l'équipe. Il suffit de se lever et écouter notre coach, comme tout le monde.

journaliste:

Maintenant, « Monaco », comme dans tous les autres clubs, il y a un ensemble complet pour la nouvelle saison. Comment participer activement à ce que vous prenez? Avec vous d'accord sur les candidats, ou que vous venez de donner l'entraîneur-chef et le directeur d'un budget, et plus tard, ils ne vous informer sur les signatures?

Sergey Dyadechko:

Le dernier mot, bien sûr, moi. Mais nous avons au club les spécialistes appropriés qui comprennent et en basket-ball versés, regarder le marché. Je leur fais confiance. Notre succès montre que c'est la bonne façon de gérer. Heureusement, la plupart de nos vues avec l'entraîneur et directeur aux joueurs de basket-ball sont les mêmes.

journaliste:

Soit dit en passant, sur le gestionnaire de l'équipe ukrainienne Alekseya Efimove. Nous surveillons également la Ligue des Champions tirage au sort diffusé (comme dans le tournoi sont notre « Budivelnik ») et vu que Alex a joué un rôle important dans le processus. Si pas un secret, pourquoi avez-vous choisi?

Sergey Dyadechko:

Du directeur général de la Ligue des Champions a reçu une invitation. Ils voulaient nous encourager pour réussir dans la dernière saison. Et comme les gagnants du tournoi de l'an dernier, et comme la meilleure équipe dans le domaine du marketing, parce que nous avons reconnu le club qui plus que d'autres a augmenté sa part d'audience dans les réseaux sociaux. Il est juste un beau geste par la direction de la ligue.

journaliste:

Voulez-vous des amis « Monaco » avec « Budivelnik » dans la Ligue des Champions?

Sergey Dyadechko:

Je ne veux pas dire qu'il serait important pour nous, ou en principe, non. Mais nous serions intéressés, il est vrai. Nous voyons comment les gens remplissent maintenant le Palais des Sports de Kiev, qui travaille et comment un intérêt croissant pour le basket-ball, qui a longtemps été diminué. Bien sûr, nous sommes tous excités à ce sujet.

journaliste:

Il devrait être dans le « Monaco » nous attendons plus des Ukrainiens? Plusieurs de nos compatriotes encore sans instructions claires ...

Sergey Dyadechko:

Maintenant, nous ne parlons pas à ce sujet. Recommanderiez-vous quelqu'un, ou au moins un vous dire?

Reporter: d'abord vient à l'esprit est le même Vyacheslav Kravtsov ...

Sergey Dyadechko:

Franchement, je pense que la gloire trouve un club plus fort que le nôtre, et je pense que ce devrait être une équipe Euroleague, qui sera en mesure de payer plus que nous. Oui, il n'a pas reçu de l'état après les dégâts, et peu de jeu dans les étapes décisives des séries éliminatoires, mais il avait l'air très solide avant la blessure, et que, entre autres, le champion de l'équipe de la ligue la plus forte en Europe.

Journaliste: Si vous essayez d'imaginer que vous avez le choix entre gagner la Ligue des Champions et le Championnat de France au printemps suivant que choisiriez-vous?

Sergey Dyadechko: Personnellement, je choisirais la victoire dans le championnat de France.

Journaliste: Pourquoi?

Sergey Dyadechko: Nous avons gagné deux fois le championnat régulier et obtenu deux grosse déception. Il a été décevant surtout cette année parce que si vous parlez globalement, nous étions au-dessus de leurs propres attentes. Il y a un sentiment que la composition de cette équipe méritait mieux.

Journaliste: S'il vous plaît nous dire quelques mots sur votre fonds «Dyadechko Sport Fund» et ses activités en Ukraine?

Sergey Dyadechko: J'essaie autant que possible pour soutenir différents types de sports qui sont moins développés en Ukraine, il est dans ce travail concentré «Dyadechko Sport Fonds» ma fondation.

Journaliste: Il semble un peu étrange, étant donné le succès de « Monaco » et étape réussie de « Donetsk » est maintenant «Dyadechko Sport Fonds» Fonds n'est pas engagé au basket-ball ...

Sergey Dyadechko: Disons juste, il était déjà très bien fait pour le basket ukrainien quand j'étais le président a dit: « Donetsk » vous. Nous avons eu la plus grande école de basket-ball dans le pays, plus de 1000 enfants. Nous avons été les premiers qui ont commencé à accorder plus d'attention à des projets dans le domaine du basket-ball scolaire, et maintenant beaucoup de ces initiatives ont continué à travers le pays.

Nous sommes devenus lauréats du junior Euroleague, et la première équipe adulte a été le champion de l'Ukraine, pour atteindre les quarts de finale de la Coupe d'Europe. Mais maintenant, en basket-ball professionnel, je me suis concentré sur la « Monaco ». En Ukraine, je suis plus intéressé à aider à attirer les jeunes vers les sports moins développés et les plus populaires, car il y a un grand potentiel de croissance.

Nous avons embauché une équipe d'experts dans le domaine du marketing sportif, qui a entrepris avec succès et fait la promotion assez massive pour le monde et le sport européen. Dans mon fonds international «Sport Dyadechko Fonds» la plupart du budget est axé sur, pour donner une impulsion au développement des sports tels que le football américain, CrossFit, homme fort, squash. À mon avis, nous faisons en Ukraine est bien plus qu'un simple une action ponctuelle ou présence momentanée dans un sport particulier. Pour de plus amples renseignements sur le Fonds et ses activités en Ukraine se trouve sur le site Web de la Fondation

Source: Xsport.ua